Mon travail : optimiser vos contenus pour mieux vous faire connaître sur le Web

Obtenir un bon référencement naturel

Comprendre le SEO pour un meilleur référencement naturel

Comment éviter le taux de rebond pour capter l’attention du lecteur ?
Savoir mieux vous positionner sur le marché du e-commerce vous permet de gagner en chiffre d’affaire.


Mon objectif est de mettre mes compétences à votre service pour atteindre un meilleur référencement naturel.

L’algorithme complexe de Google, moteur de recherche utilisé par 95 % des utilisateurs d’internet en France, s’adapte à l’attente des usagers. Il leur fournit des réponses en fonction de leurs centres d’intérêts et de leur localisation.

Complexité du système Google

Ecrire des textes optimisés est donc de première importance pour mes clients. L’objectif est de leur faire gagner du passage de qualité sur la durée.

Les sites font appel à des rédacteurs qualifiés dans le SEO (search engine optimization) pour publier des documents de haut niveau. Plus vous alimentez votre site, plus Google s’intéressera à lui.

Google est exigeant au regard du champs sémantique. Il demande des contenus de qualité.
Le simple fait de reprendre des écrits anciens, mal rédigés en termes de SEO et de les remodeler correctement, amène Google à s’interroger.

Le moteur de recherches vérifiera donc la pertinence du positionnement de votre site dans son fil d’actualité. Un espace sémantique recherché et adapté à son algorithme l’amènera à remonter le site dans les requêtes des internautes.

Balisage HTML

Le title ou titre de votre article, apparaît dans le SERP (search engine result page) en bleu dans les résultats de Google. C’est lui qui doit être optimisé alors que le titre lui-même (balise h1), qui se situe en haut de l’article ne l’est pas nécessairement.


La méta-description doit faire l’objet d’un soin particulier. C’est elle qui permettra le bon positionnement de votre énonciation dans Google. Depuis 2017, la méta-description peut contenir jusqu’à 320 caractères, espaces compris, ce qui permet au rédacteur de l’étoffer.

Il s’agit de résumer le sujet, le copywriter (donner envie de cliquer dessus) et surtout d’y insérer les mots-clés en rapport avec le texte et le site web. Plus votre méta-description est riche, plus elle va retenir l’attention du lecteur, générer des clics et un effet boule de neige va en résulter.


Les articles doivent avoir un minimum de 300 mots pour entrer dans les critères de sélection de Google. L’idéal est d’atteindre les 1 100 à 1 800 mots.
La teneur doit être structurée et comprendre un chapô, c’est-à-dire une introduction, suivie de paragraphes et bien sûr d’une conclusion. Cette dernière est généralement un appel à l’action.

Maillage interne : comment le renforcer

Renforcer le maillage interne d’une rédaction consiste y insérer des liens hypertextes créés à partir d’une ancre. On parle ici d’un mot ou groupe de mots qui renvoient à une page du site internet  :  contactez-moi pour plus d’infos

Les liens externes, sur le même principe, renvoient quant à eux à des sites externes en lien avec le sujet optimisation grâce au netlinking : cliquez ici  


Les images attirent immanquablement le regard et sont un bon moyen d’éveiller la curiosité du lecteur. On peut donc les insérer dans la rédaction :

Dans certains cas, vous devez ajouter un titre optimisé pour l’illustration en fournissant des mots-clés séparés par des tirets et dénués d’articles et d’accents.


Voilà en quoi mon travail en SEO vous permet d’acquérir un très bon trafic organique. Il est à noter que Google préfère des écrits riches en vocabulaire et sans répétitions.